Ce mince coffret renferme un trésor d’archives radiophoniques. Le cœur de ce DVD est constitué par l’intégralité de l’émission du Club d’essai : « Les armes parlantes ou défense de la poésie contemporaine » diffusée sur la chaîne nationale le 7 décembre 1952. André Francis et Gérard Legrand donnent la parole à Benjamin Péret pour un entretien de 21 minutes entrecoupé de lectures de textes par François Valorbe et Bernard Bimont. À cet ensemble s’ajoute la lecture intégrale du Déshonneur des poètes par Patrick Saonit. La voix profonde et grave du poète évoque tour à tour son arrivée à Paris, ses premiers contacts avec les surréalistes, son internement à Rennes, sa vie difficile à Marseille et son départ pour le Mexique. Il parle de l’avenir de la poésie et évoque le poète Jean-Pierre Duprey qu’il considère comme la grande révélation de ce début des années cinquante. Un témoignage irremplaçable pour la connaissance de la vie et de l’œuvre de Péret rythmé par les inflexions de sa voix. On trouvera le texte in extenso de cet entretien radiophonique dans le tome 7 des Œuvres complètes de Benjamin Péret.

Gérard Roche

Benjamin Péret à la radio, suivi de Le Déshonneur des poètes, archives INA, Sous la lime, octobre 2015, CD, 22 euros. 

  

1. Présentation par Gérard Legrand
2. Benjamin Péret : son arrivée à Paris et ses premiers contacts avec les surréalistes
3. Lecture de Vertige d’Arthur Rimbaud
4. Benjamin Péret : les nouvelles voies de la poésie qu’il aborde et son départ du parti communiste
5. Lecture de Le sang répandu, sa participation à la revue Minotaure [0’51’’]
6. Son internement politique à Rennes, sa vie difficile à Marseille et son départ pour le Mexique en 1941
7. Musique ethnique
8. Son retour en France en 1948, lecture de Le déshonneur des poètes (extrait)
9. Lecture de Feu central
10. Lecture de « Porte béant sur les cailloux du sentier… »
11. Benjamin Péret parle de l’avenir immédiat de la poésie et évoque le poète Jean-Pierre Dupré
12. Lecture d’un long poème inédit de Benjamin Péret
13. Lecture intégrale de Le déshonneur des poètes par Patrick Saonit