Vient de paraître le premier numéro d’une revue de poésie, philosophie, art plastique, critique littéraire et cinématographique… d’un véritable « luxe communal », en belle couleur jaune « Gilet Jaune » -en toute conscience de cause commune. Une invitation audacieuse au contact sensuel avec l’écrit et l’expression plastique, à contre-courant du virtuel régnant. Les éditeurs ouvrent les pages de leur « ardente revue » à la présentation de travaux « sans exercer la moindre censure idéologique ». Ils comptent avec un même « élan créateur » de tous les participants à cette aventure, que – disent-ils : « nous voulons, pour notre part – la part du feu-, résistant voire révolutionnaire. Ainsi soufflons-nous résolument sur les braises, pour faire croître un feu créateur et purificateur…». L’équipe de la rédaction, localisée à Lyon, et les contributions à la revue sont largement inspirées par l’héritage de Max Schoendorff (1934-2012), peintre et créateur en 1978 du Centre international de l’estampe URDLA, et son bulletin trimestriel « …ça presse ». Un dossier-hommage est lui consacré sous le titre : « Max Schoendorff, un feu que rien éteint ». 0dile Nguyen-Schoendorff, sœur de Max, est la directrice de la publication. La continuité avec le surréalisme est magnifiquement visible sous forme de quelque trente encres de Chine « héroïques », crées par le parrain de ce numéro, Jean-Claude Silbermann, en 2019, avec comme titre Une voie limpide qui, nous l’espérons, s’ouvre à nous… Voilà une revue qui garde la perspective ouverte à des horizons enchantés. Le deuxième numéro sortira fin avril. Il comportera cette fois-ci des aquarelles de Jean-Claude Silbermann, ainsi que de textes d’Arthur Rimbaud, Benjamin Péret et une foule de prises de paroles et de vue d’autres, jeunes et moins jeunes, enflammés.

Dietrich Hoss

L’OUROBOROS. « L’Ouroboros-A teste d’Or » N°1, revue bi-annuelle, 4ème trimestre 2020, 222 p., 111 illustrations en blanc-noir et couleurs.

Prix du numéro 25.-Euros (frais de port inclus), abonnement (deux numéros) 50 Euros, (abonnement de soutien à partir de 70 Euros), règlement par chèque à l’ordre de « Revue L’Ouroboros » en ajoutant vos coordonnés, adresse postale: 320 rue Duguesclin, 69007 Lyon, mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

  

 Ouroboros2 couv

 Pour cette nouvelle mue, L'Ouroboros a troqué sa « teste d’or » du premier numéro pour des oreilles d’argent. Sous sa couverture métallisée, vous pourrez y retrouver sur 232 pages d’élitisme pour tous le surréalisme brûlant de l’artiste Jean-Claude Silbermann, un voyage poétique entre la Capitale des Gaules et l’Empire du Milieu, les confessions d’un masque, l’ardeur toujours vive de la pensée de Simone Weil et de Walter Benjamin, des réflexions muséographiques, des bas-reliefs sculptés à même le savon. Et bien d’autres propositions intellectuelles, graphiques et utopistes (lien Au sommaire du numéro 2).
 T
Toujours « résolument maxiste », placé sous les auspices de la figure tutélaire du peintre Max Schoendorff, ce nouveau numéro fait encore la part belle aux œuvres de l’artiste lyonnais décédé en 2012.
 
 
 
L’Ouroboros aux Oreilles d’Argent N°2
Voir le sommaire du numéro et des extraits sur le site de L'Ouroboros.

 https://www.revuelouroboros.fr