Jean Clair ou la misère intellectuelle française, Association des amis de Benjamin Péret, 2002, 46 p. Textes de Malek Abbou, Claude Courtot, Pablo Durán, Renaud Ego, Giovanna, Jean-Michel Goutier, Alain Jouffroy, Etienne Lesourd, Bruno Mathon, Pierre Vandrepote. Dessins de Jean-Claude Silbermann, Association des amis de Benjamin Péret, 2002, 46 p., 10 euros.


L’Association des amis de Benjamin Péret a été créée pour défendre la mémoire du poète et assurer le rayonnement des idées qui ont animé son œuvre et sa vie. Elle ne pouvait laisser passer sans réagir les propos de Jean Clair que Le Monde publia complaisamment dans son numéro du 22/11/2001.
Devant le nombre et l’ampleur des réactions suscitées par cet article, Le Monde n’ayant pas pu totalement occulter l’émotion provoquée par les thèses de Jean Clair, a donc reproduit un extrait de lettre d’Etienne Lesourd (2-3/12/2001), puis la réponse d’Annie Lebrun et une première version de la riposte d’Alain Jouffroy (8/12/2001).
Nous avons réuni dans cette plaquette – outre un article plus développé d’Alain Jouffroy et le texte complet d’Etienne Lesourd – des protestations dont la plupart furent adressées au Monde (dès le 23/11 !) et dont ce journal n’a pas pu ou pas voulu faire mention. Elles émanent de personnalités très diverses, qui spontanément et sans se concerter ont tenu à exprimer leur indignation. Certains des signataires ont participé au mouvement surréaliste, aux côtés de Breton, dans les dernières années du groupe. D’autres sont beaucoup plus jeunes. Un commun dégoût du discours de Jean Clair les rassemble, ainsi qu’un même espoir placé dans le pouvoir d’émancipation, toujours actuel, du surréalisme dont Péret fut une des plus belles incarnations.

                                                                                                         Le Président,  Claude Courtot
 


Extraits de la plaquette: 
 
 
"La France n’est pas seulement moisie, comme le dit si justement Philippe Sollers :  elle tend, d’après l’« idéologie française » de nombreux membres de son élite intellectuelle, à devenir de plus en plus raciste, xénophobe et rétrograde. Mais c’est, très précisément, contre cette France rétrograde, celle de Massis et de Pétain, celle de Le Pen et de Mégret aujourd’hui, mais aussi celle de Jean Clair, que quelques Français, minoritaires ou non, se révolteront jusqu’au bout. "

                                                                                                                                                       Alain Jouffroy